Devenir consom'acteur en consommant local !

  • Définition :

Une AMAP est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, qui consiste en un partenariat de proximité entre des consommateurs et une exploitation locale (généralement une ferme), débouchant sur un partage de récolte hebdomadaire composée des produits de la ferme. L’AMAP est un contrat solidaire, où les consommateurs paient à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie (à la saison). Ce système représente une forme de circuit court de distribution.

  • Consommer local pour lutter contre les pollutions, les risques de l’agriculture industrielle, et la suprématie de la grande distribution

Car le constat est sans appel : les règles du commerce international ont ruiné l’économie locale, la mondialisation a uniformisé les goûts et les modes de consommation, sans parler de l’agriculture intensive qui épuise les ressources de la planète et transforme nos fruits et légumes en de nouvelles variétés insipides.
Dans une société qui vit à 100 à l’heure, la profusion des aliments dans les supermarchés n’étonne plus, quant au chemin qu’ils ont parcouru pour arriver dans notre assiette, cela fait frémir. « Depuis les années 80, la distance aurait augmenté de 25% si bien que tout aliment constitutif d’un repas américain typique a voyagé en moyenne 2400 km », note Anne-Sophie Novel, dans son livre Guide du Locavore. A la lecture de ces chiffres, on peut comprendre la philosophie des AMAP.

La démarche originale des AMAP incite les consommateurs à s’alimenter avec de la nourriture produite dans un rayon allant de 80 à 200 kilomètres maximum autour de chez eux. Autant dire que l’empreinte écologique des aliments est fortement diminuée et l’économie locale revient au cœur du système.

  • Manger local, pour la santé

Car c’est un fait, s’approvisionner localement pousse à consommer plus de légumes et de fruits et à délaisser les aliments calibrés qui regorgent de pesticides ou autres produits chimiques. Car en consommant local on mange au rythme des saisons et profite de légumes parfaitement mûrs où les vitamines sont intactes.
En plus cette richesse naturelle est quasi infinie, puisqu’il existe des centaines de variétés de tomates, de pommes de terre, de basilic… Chacune possède des propriétés gustatives spécifiques.

  • Côté budget…

L’écart de prix entre un produit bio et son homologue classique est de l’ordre de 10 à 20 %. Un décalage justifié, car l’agriculture biologique est contraignante et les niveaux de rendements sont moins élevés. Le bio est très souvent local et même si son coût est parfois supérieur, mais on peut justement le compenser en privilégiant les petits producteurs et en achetant les bonnes quantités. Pour illustration, dans une AMAP en Ile-de-France, chaque semaine un panier de 6,7 kg de légumes revient à un montant de 8 euros. Un prix qui n’est pas excessif comparé aux marchés traditionnels, d’autant que l’AMAP assure la qualité des produits.

  • Où trouver son AMAP ?

C’est très simple :  www.reseau-amap.org

 

Sources :

– Novel, A-S. (2010) Le guide du locavore pour mieux consommer local. Paris : Eyrolles

– Reynal, B. (2009) De l’étiquette à l’assiette, Vérités et mensonges. Paris : Vuibert

– Weidknnet, A. (2011) AMAP, histoire et expériences. Paris : Loubatieres

– Wikipédia

 

 

C.B

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

                             Le 4ème singe / Licence CC-BY-SA / 2012 - 2017

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account