L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant.

Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela !  Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences. Comme vous l’aurez donc compris, aujourd’hui nous allons plonger dans le domaine passionnant de l’intelligence collective.

 

1 – L’intelligence collective dans la nature.

Commençons par le commencement, tout d’abord, qu’est ce que l’intelligence collective ?

Il s’agit de la capacité cognitive d’un groupe d’individus interagissant les uns avec les autres, formant par leurs interactions, une organisation plus ou moins complexe. La connaissance de la structure globale est ignorée par les membres du groupe qui n’ont qu’une perception partielle de la structure globale, ils n’ont pas conscience de la totalité des éléments qui influencent le groupe. D’un point de vue extérieur, la multitude d’interactions entre les différents membres du groupe formera ce qu’on appelle communément une synergie ou une stigmergie chez les espèces eusociales.

Dans le règne animal, l’intelligence collective s’observe principalement chez les insectes sociaux (fourmis, termites, abeilles), et les animaux communautaires, notamment se déplaçant en formation (oiseaux migrateurs, bancs de poissons) ou chassant en meute (loups, hyènes, lionnes). C’est au sein des sociétés d’insectes que l’on rencontre les formes d’organisation les plus complexes et également les structures les plus élaborées.

Banc de poisson

Banc de poissons

Essaim d'abeille

Essaim d’abeilles

spotted_groupinwater

Meute de hyènes

 

 

Si l’on prend l’exemple des fourmis, on a longtemps pensé – à tort – que les sociétés de fourmis fonctionnaient sur un mode d’organisation semblable à celui qui domine dans nos sociétés humaines, à savoir un système hiérarchique et très centralisé. Mais les études réalisées au cours des quarante dernières années ont mis en exergue des mécanismes d’auto-organisation caractérisant les phénomènes de coordination collective à l’intérieur de ces sociétés. La colonie dans son ensemble est en effet un système complexe auto-régulé, capable de s’adapter très facilement aux fluctuations environnementales sans contrôle externe et de manière totalement distribuée.

Dans une publication de 2009 (1), Guy Théraulaz – directeur de recherches au CNRS, Docteur en neurosciences et en éthologie – nous explique que le cerveau des fourmis, qui comprend environ cent milles neurones, n’est pas suffisamment performant pour permettre à une seule fourmi d’emmagasiner l’ensemble des informations sur l’état de la colonie et assurer ensuite la répartition des tâches et le bon fonctionnement de la société. En outre, les fourmis ne possèdent aucune connaissance explicite des structures qu’elles produisent ; chaque fourmi n’a généralement accès qu’à une information très limitée sur ce qui se déroule dans son environnement. Le fonctionnement de ces sociétés repose en grande partie sur des réseaux complexes d’interactions – sans chef d’orchestre – permettant aux fourmis d’échanger de l’information et de coordonner leurs activités.

teamwork-fourmis

2 – L’intelligence collective humaine

L’intelligence collective est un élément fondateur des organisations sociales. Qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un gouvernement ou d’une équipe de sport, tous ont en commun de rassembler des individus pour échanger et collaborer de telle manière à trouver un avantage supérieur tant individuel que collectif à ce qui aurait été obtenu si chacun avait agit isolément. Il existe dans les sociétés humaines différentes formes d’intelligence collective. Nous allons ici les énumérer et étayer leurs caractéristiques – de façon non exhaustive – en nous appuyant sur les travaux de Jean François Noubel – chercheur et fondateur du Collective Intelligence Research Institute – et en particulier sur une publication de 2004 s’intitulant « L’intelligence collective, la révolution invisible ».

a) L’intelligence collective pyramidale

L’intelligence collective pyramidale anime aujourd’hui la grande majorité des organisations humaines, et c’est elle qui se trouve au cœur de notre système politique et économique. Elle permet de mettre en œuvre une « machinerie sociale » qui coordonne et maximise la puissance de la multitude. Cette forme d’intelligence collective coïncide avec la naissance de l’écriture et le début des grandes civilisations. Nous entrons ici dans une mutation inédite de l’histoire de l’humanité, marquée par une explosion de complexités et de changements massifs tels que l’arrivée de l’agriculture, la sédentarisation, la spécialisation du travail et l’urbanisation des territoires. L’écriture constitue la technologie centrale permettant à l’intelligence collective pyramidale de fonctionner. On peut ainsi sortir des traditions orales où il faut se trouver dans le même espace-temps pour communiquer. L’écriture a alors permis de transmettre des directives, d’administrer, de compter.

Au sein des édifices humains à intelligence collective pyramidale, le travail est divisé, c’est-à-dire que chacun doit se mouler dans un rôle prédéfini. La division du travail a pour corollaire la division de l’accès à l’information. Ainsi, la totalité de l’information converge vers un point central, tout en étant que partiellement – voire pas du tout – accessible aux autres. On nomme cette propriété panoptisme. L’autorité constitue également un principe actif de cette forme d’intelligence collective : qu’elle soit de droit divin, au mérite ou par filiation, l’autorité instaure une dynamique dite de commande et de contrôle ; c’est une position de dominance généralement institutionnalisée (général, doyen d’université, PDG, etc.). De plus, la monnaie est caractérisée par la rareté : il y a en effet un phénomène de concentration de la monnaie entre les mains de quelques-uns. Cette rareté organise les chaînes de subordination de ceux qui ont besoin envers ceux qui possèdent.

L’intelligence collective pyramidale fonctionne dans un contexte de forte stabilité, mais démontre une incapacité structurelle à s’adapter aux sols mouvants et imprévisibles.
Aujourd’hui nous subissons cruellement les limites des organisations de l’intelligence collective pyramidale. Leur déficience face à la complexité systémique se traduit par un symptôme courant : celui de s’engager dans des directions contraires aux volontés de leurs propres acteurs, soit parce que la coordination interne est virtuellement impossible, soit parce que les dirigeants se servent de l’opacité de fait – voire la cultivent et la légitiment – pour abuser de leurs pouvoirs.

hierarchie

Illustration humoristique sur l’organisation hiérarchique

 

b) L’intelligence collective en essaim

A l’image des sociétés d’insectes, l’intelligence en essaim est « aveugle » du fait de son absence d’holoptisme ; aucun des individus n’a une quelconque idée de ce qu’est l’entité émergente. Chez l’humain, on observe une forme d’intelligence en essaim qui se manifeste dans le domaine de l’économie. A chaque fois que nous effectuons un paiement, nous engageons un geste assez similaire, dans sa simplicité et sa dynamique, à celui d’un échange entre deux insectes sociaux. De la multitude de transactions simples d’individu à individu émerge un système collectif très élaboré. De plus, les nombreuses théories économiques fondent leurs doctrines sur des interactions entre agents indifférenciés (exemple : le consommateur).

Par conséquent l’intelligence en essaim fonctionne à cette condition qu’il y ait uniformité et désindividuation des agents. Ces derniers, anonymes parmi la multitude d’autres agents anonymes, y sont facilement sacrifiés au nom de l’équilibre global du système. C’est une idéologie dangereuse, puisque les faits nous montrent que pour l’instant le système se montre globalement destructeur de notre environnement et peu soucieux des vies humaines, autrement dit il semble condamné à court terme dans sa forme actuelle.

Système économique représentant l'intelligence collective en essaim

L’argent est « l’information » circulante de cette intelligence collective en essaim

c) L’intelligence collective originelle

L’intelligence collective originelle concerne l’intelligence en petits groupes dont nous avons tous une expérience directe. Au travail, dans la vie associative ou au sein d’un groupe de musique, ces différents contextes mettent en scène un petit nombre de personnes en proximité sensorielle et spatiale les unes vis-à-vis des autres. L’autre particularité de cette forme d’intelligence collective est qu’il n’y a pas d’opposition entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif, les deux se nourrissent mutuellement, et l’on constate également une grande individuation des personnes constituant le groupe. Si l’on prend l’exemple d’un groupe de musique, plus le musicien devient individué et se perfectionne, plus le collectif sera nourri. Inversement, plus le collectif est soudé, plus ça va amener le musicien à exister. Enfin, l’intelligence collective originelle est caractérisée par une propriété essentielle, opposée au panoptisme : l’holoptisme.

L’holoptisme se définit comme un espace permettant à tout participant de percevoir en temps réel les manifestations des autres membres du groupe ainsi que celles émanant du groupe lui-même. Dans notre exemple, un groupe de musique fonctionne en situation d’holoptisme car chaque musicien perçoit ce que font les autres ainsi que la figure émergente du groupe. En outre, l’une des qualités majeures d’un bon musicien tient au fait qu’il soit capable de se sentir parfaitement relié au reste du groupe, autrement dit au tout, et qu’il y ait une relation de miroir entre lui et ce tout, constituant ainsi la cohésion du groupe.

Cette forme d’intelligence collective rencontre deux limites naturelles : d’une part numérique, car seul un nombre limité de personnes peut interagir efficacement, faute de quoi le niveau de complexité devient trop important ; d’autre part spatiale car les personnes doivent se trouver dans un environnement physique proche afin que leurs sens organiques puissent communiquer entre eux et que chacun puisse appréhender la globalité de ce qui se passe dans cet environnement donné (holoptisme).

Actuellement, une nouvelle forme d’intelligence est en train d’émerger : l’intelligence collective holomidale. Elle se caractérise par ses structures peu hiérarchisées, mais où les rôles émergent des individus. La technologie centrale de l’intelligence holomidale est internet. Elle possède également une structure très décentralisée et distribuée avec le développement d’une économie mutualiste et collaborative où la compétition et l’argent sont beaucoup moins présentes que dans l’organisation pyramidale.

 

3 – Les limites de l’intelligence collective humaine

Comme tout type de structures, l’intelligence collective humaine a elle aussi ses limites, voici quelques exemples de contraintes que peuvent rencontrer les groupes fonctionnant en intelligence collective.

L’intelligence collective originelle rencontre deux limites naturelles (2) :

– Numérique : seul un nombre limité de personnes peut interagir efficacement, sans quoi on atteint vite un niveau trop élevé de complexité qui génère plus de « bruit » que de résultats effectifs, ce qui limite grandement les capacités du groupe ;

– Spatiale : les personnes doivent se trouver dans un environnement physique proche afin que leurs interfaces naturelles (sens organiques) puissent échanger entre elles, afin que chacun puisse appréhender la globalité de ce qui se passe (holoptisme) et adapter son comportement en fonction.
C’est la raison pour laquelle on ne connaît aucun sport impliquant quatre-vingt joueurs. Cette limitation est également valable pour les groupes de jazz, les meetings professionnels, etc. Lorsque nombre et distance deviennent trop importants, il y a généralement fractionnement. D’autres stratégies, d’autres organisations ont été développées au cours de l’évolution, nous allons maintenant les aborder.

Limite de l’intelligence collective pyramidale (2)

L’intelligence collective pyramidale a bien entendu des limites : contrairement à l’intelligence collective originelle, elle démontre une incapacité structurelle à s’adapter aux sols mouvants, imprévisibles et disruptifs de la complexité.

– Division du travail : l’architecture sociale est « codée en dur » (organigrammes, définitions de poste, niveaux d’accès à l’information…), en aucun cas cette dernière ne peut s’automodifier au fil des circonstances comme dans le cas d’une équipe de sport. Quels que soient les efforts effectués pour améliorer et optimiser la circulation de l’information, on buttera toujours sur les limites intrinsèques de la structure hiérarchisée, ses effets cliquets, sa dynamique fondée sur les territoires et les prérogatives ;

– Autorité : les organes de direction, réduits à des minorités dirigeantes, sont par nature incapables de percevoir et traiter l’énorme flux d’informations qui traversent le grand corps de l’organisation dont elles ont la charge. Voilà qui engendre des visions réductionnistes, sources de nombreux conflits entre la « tête » et la « base » ;

– Argent rare : la rareté engendre une compétition qui minimise d’autant la collaboration, donc la capacité d’adaptation ;

– Standards et normes : le plus souvent subordonnés à une logique de compétition, ils servent une stratégie de territoire et de monopole par principe de raréfaction artificielle du savoir (brevets, propriété intellectuelle…), plutôt qu’une maximisation de la perméabilité et de l’interopérabilité avec le monde extérieur. L’exemple le plus connu dans le monde de l’informatique est celui du système d’exploitation Windows de Microsoft qui occupe l’immense majorité des microordinateurs, ce qui rend l’utilisateur final dépendant des évolutions, lui permet difficilement d’évoluer vers d’autres environnements, et impose à l’ensemble du marché des « points de péage » (licences, agréments, formations, etc).

Autres contraintes des intelligences collectives.

  • les décisions de groupe, où les membres n’osent pas dire ce qu’ils pensent ;
  • l’acceptation passive d’un état de fait dont l’individu se doute qu’il mène à une catastrophe ;
  • les discussions sur les choix et les conséquences des décisions souvent confuses et ne menant à rien ;
  • l’avis des experts sans conséquence face à l’opinion d’un groupe dont les individus se trompent ;
  • ou au contraire les participants acceptant sans réflexion l’avis d’experts ;
  • les votes démocratiques qui portent un dictateur à la tête du groupe ;
  • les représentations collectives qui norment les comportements aux détriments d’une classe ou d’une autre.

L’intelligence collective est ainsi limitée par des effets de groupe (conformisme, crainte, fermeture, absence de procédure, homogénéité idéologique), au point que l’individu seul peut parfaitement être plus intelligent que tout un groupe car, il conserve mieux sa pensée critique seul que sous l’influence du groupe.

Toutefois, les critiques ci-dessus s’appliquent plus au travail collaboratif de type humain qu’à l’intelligence collective de type fourmi (Intelligence distribuée). Toute personne peut se faire une opinion propre. Les fourmis ne semblent pas avoir d’opinion, ni même d’intérêt personnel différent de l’intérêt du groupe. (3)

 

4 – L’intelligence collective virtuelle (Internet)

Internet peut être considéré comme un immense réseau neuronale planétaire, interconnectant les individus du monde entier en temps réel. Ce réseau d’ordinateurs interconnectés, prolongements électroniques des cerveaux humains donna naissance à la plus vaste structure d’intelligence collective virtuelle au monde.

Modélisation d'un réseau de 5 millions de nœuds

Modélisation d’un réseau de 5 millions de nœuds

Dans cette modélisation, l’ingénieur réseau Barrette Lyon a réalisé avec l’aide du logiciel Traceroute, une représentation visuelle d’un réseau de 5 millions de nœuds. Comme vous pouvez le constater, la représentation graphique de ce réseau peut étrangement ressembler à celui de nos neurones cérébraux ou de la structure d’un réseau de galaxies. Il s’agit simplement de la propriété géométrique de ce type de structures : le réseau.

Réseau de neurones

Réseau de neurones

Réseau de galaxies

Réseau de galaxies

réseau capillaire. (Image prise au microscope optique. Valeur d'agrandissement non disponible

Réseau capillaire. (Image prise au microscope optique. Valeur d’agrandissement non disponible

Ce réseau interconnecté peut-être considéré comme l’outil créant la plus grande intelligence collective artificielle. Nous pouvons aisément assimiler  ce réseau à une des parties essentielle du système nerveux des so­ciétés humaines, qui peut même être comparable au système nerveux des êtres vivants. Les hommes qui participent à la création de ce réseau ou qui l’utilise régulièrement, sont considérés comme les cellules des nouveaux nerfs et organes sensoriels dont se dote la planète. Ils sont les neurones de la Terre : les cellules d’un cerveau en formation aux dimensions de la planète Terre. (4)

Dans cette vidéo que nous avions réalisée, vous trouverez une explication sur l’organisation autogestionnaire de quelques outils d’Internet.

5 – Limites et contraintes de l’intelligence collective virtuelle

Contrairement à  l’intelligence collective naturelle qui s’organise au travers d’échanges entre êtres vivants, l’intelligence collective virtuelle se construit par l’intermédiaire de machines/outils servants de « ponts » ou « nœuds » entre les individus. De ce fait, cette forme d’intelligence collective est dissociable de celle qui s’organise naturellement dans le vivant.

Ressenti d’inutilité ou illusion d’utilité

L’intelligence collective sur Internet, peut créer, de part son fonctionnement virtuel, une impression de « remplacement » de la vie « réelle ». Cette impression est caractérisée par le manque d’impact que peuvent avoir les initiatives se restreignant à l’environnement virtuel et peut laisser un ressenti d’inutilité ou au contraire une illusion d’utilité pour les personnes participants à des initiatives ou groupes se focalisant sur Internet. Cette caractéristique est principalement observée dans les groupes de discussions ou mouvements dont l’activité est cantonnée sur Internet. L’illusion d’utilité est observable sur les sites à caractères « militants », proposant de faire signer des pétitions bienfaisantes ou défendant des causes humanitaires ou environnementales. Ce processus profite ainsi de notre capacité à nous réjouir de nos bonnes actions immédiates pour créer l’illusion de l’utilité de l’action, voir pousser à l’inaction.

1371391083_avaazlogo

Regroupement et surinformation

Les mécanismes de regroupements sont relativement différents sur la toile. Des groupes, peuvent en un rien de temps, regrouper des milliers, voir des millions de personnes autour d’une chose commune. Très souvent ces groupes permettent une communication entre personnes et un échange de données et d’informations. Des groupes de plusieurs milliers de personnes, peuvent très facilement véhiculer une masse impressionnante d’informations difficilement traitable par un humain normalement constitué.  De ce fait, la surinformation et les mécanismes qui en découlent (instantanéité, précipitation, manque d’intérêt pour ce qui n’est pas attractif au premier coup d’œil, etc) peuvent générer des effets néfastes pour l’intelligence individuelle…

content-wall

Anonymat et communication

Chose remarquable et remarquée de presque toutes les personnes ayant participé à des débats sur un réseau social virtuel. L’anonymat des individus crée soudainement une opportunité absolument merveilleuse pour « communiquer » contre l’autre et non plus avec l’autre. Toutes les barrières tombent et les noms d’oiseaux fusent, comme ci, Internet nous rendait soudainement incapable de pouvoir échanger poliment dans le respect de l’autre. Ceci donne des incompréhensions, des débats stériles, voir nocifs pour le groupe.

ucajfl

Contraintes de l’outil d’intelligence collective virtuelle

Une des contraintes majeur de l’intelligence collective virtuelle est causée par les mécanismes de contrôles, poussant les gouvernements et les grandes entités privés à adopter des pratiques de surveillances de masses, de censure, de contrôle ou manipulation de l’information, d’accumulation de données sur les utilisateurs, etc. Ces contraintes ne sont pas seulement présentes sur cet outil, car elles sont généralement inhérentes aux structures pyramidales. L’intelligence collective virtuelle n’est pas un type de structure en soit, car sa diversité contient aussi bien des groupes fonctionnant sur des structures pyramidales, en essaims ou originelles. Seulement, les structures de contrôles fonctionnent sur des schémas pyramidaux, ces contraintes sont donc une conséquence de ce type de structure. La propriété intellectuelle peut tout aussi être assimilée à une contrainte majeure de l’outil.

L’outil est aussi privateur de données dans le processus d’échange avec l’autre. Étant des êtres doués de perceptions sensorielles, les humains ont encore (heureusement) besoin de communiquer en recevant des informations sensitives. De ce fait, l’écriture est une restriction de nos sens dans l’échange avec l’autre. Nos yeux ne peuvent voir le visage de la personne, capter la multitude de signaux non verbaux que nous pouvons nous échanger inconsciemment, ou entendre l’intonation de la voix, la vitesse d’élocution ou le ton employé. Ceci est une perte d’information qui, certes, peut être compensée via des logiciels d’échanges audio ou vidéo, mais la plupart du temps, les échanges se font de manière écrite, cela bride nécessairement toute la complexité que procure une communication physique sans intermédiaire technologique.

 

 6 – Les rôles émergents dans une intelligence collective virtuelle d’échange de données.

Enfin, voici une petite infographie qui présente les différents rôles que l’on voit émerger dans les intelligences collectives d’échange de données, les individus s’orientent naturellement vers plusieurs types de rôles bien spécifiques qui servent à faire avancer le groupe.

intelligence-collective-echnage-de-données

 

Anaïs Ferrara & Stéphane Hairy

Source :

(1) Guy Théraulaz, L’intelligence collective des fourmis, Le Courrier de la Nature n°250, 2009

(2) Jean-François Noubel, L’intelligence collective, la révolution invisible [PDF]

(3) Wikipédia – Limites de l’intelligence collective dans les sociétés humaines

(4) Wikipédia – Intelligence collective sur Internet

56 Commentaires
  1. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela ! Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences. Comme vous l’aurez donc compris, aujourd’hui nous allons plonger dans le domaine passionnant de l’intelligence collective. 1 – L’intelligence collective dans la nature. […]

  2. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. […]

  3. […] collective évoque quelque chose de positif mais flou. Je vous incite à aller lire cet article sur L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant de Anaïs Ferrara & Stéphane Hairy, inspiré par les travaux du chercheur Jean-François […]

  4. Bertrand 2 années Il y a

    Bonjour,
    Un très grand BRAVO aux auteurs de cet excellent article, qui nourrit parfaitement ma réflexion sur les apports potentiels du biomimétisme aux systèmes d’information. Merci beaucoup !
    Notez que la source (PDF) de la 1ère référence bibliographique citée (Guy Théraulaz, L’intelligence collective des fourmis, Le Courrier de la Nature n°250, 2009) peut être trouvée ici : http://cognition.ups-tlse.fr/_guyt/documents/250-Intelligence%20collective.pdf
    Salutations
    Bertrand / DiagMan

  5. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. […]

  6. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. […]

  7. […] De la nature à l’intelligence collective humaine […]

  8. […] "Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela ! Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences."  […]

  9. […] Le 4eme Singe – L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  10. […] – Développer la consommation collaborative en circuit court- Développer la coopération participative via l'"activation sociale", entre les citoyens, la Ville, les Services Sociaux, les Services de Réinsertion Socioprofessionnelle, les associations de lutte contre la pauvreté, ainsi que les agriculteurs bio, les producteurs respectueux de l'environnement, les maraîchers bio, les collectifs de quartiers, les écoles, les autres villes. Cette liste est susceptible de s'agrandir selon l'évolution du Projet.- Développer une réinsertion socioprofessionnelle à travers le développement d'un logement transit autogéré par la localité L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. […]

  11. […] Urbanisation informatique : définition, conseils, outils et témoignage. Les méthodes agiles pour gérer vos projets informatiques. Architecture de l'information #archinfo. Architecture de l'information #archinfo. 6: Architecture de l’information – Penser l’organisation d’un site web. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. […]

  12. […] Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela ! Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences. Comme vous l’aurez donc compris, aujourd’hui nous allons plonger dans le domaine passionnant de l’intelligence collective.  […]

  13. […] Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela ! Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences. Comme vous l’aurez donc compris, aujourd’hui nous allons plonger dans le domaine passionnant de l’intelligence collective.  […]

  14. […] Les sorties : Google+ Pratiques Numériques. OuTICE. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  15. […] Leadership Exercises & Tips. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  16. […] Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela !  […]

  17. […] multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficience. >> Le 4ème singe – août […]

  18. […] Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on p…  […]

  19. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Les joueurs au secours de la science. Par Rémi Sussan le 20/05/08 | 9 commentaires | 8,638 lectures | Impression On parle de plus en plus de “jeux sérieux” (serious game) qui stimuleraient l’apprentissage et la réflexion par le jeu (voir ce blog en français qui en suit l’actualité). […]

  20. […] Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela ! Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences.  […]

  21. Stmg2amel | Pearltrees 2 années Il y a

    […] Collective : définition et freins à sa mise en place. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Intelligence collective. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'intelligence […]

  22. Abdoukadrezup | Pearltrees 2 années Il y a

    […] Comment émerge l'intelligence collective ? Les conditions de cette émergence s'avèrent à la fois simples et subtiles. C'est la raison pour laquelle il est souvent nécessaire d'utiliser des techniques ou de suivre des règles (cf. Nous vous proposons de faciliter vos réunions en intelligence collective afin de : Intelligence collective. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  23. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Vers l'intelligence collective des équipes de travail : une étude de cas. Selon Glaser (1994), « une compétence nouvelle est maintenant exigée des employés, des ouvriers aux décideurs : celle de travailler productivement et collaborativement dans les équipes ». Ainsi, la structuration en équipe permettrait de s’adapter plus fa cilement aux évolutions de l’environnement, voir de les anticiper. En outre, grâce au fonctionnement en équipe, l’organisation peut s’appuyer sur une unité de base autre que l’individu, et par conséquent, être moins dépendante des aléas (congés de maladie et éventuelles démissions…) de ses employés. Sans compter que le fonctionnement en équipe est généralement considéré comme favorisant la participation et la créativité des individus (Anderson et West, 1998). […]

  24. […] Probionov commence à récolter les fruits de cette démarche, avec notamment un regain d'initiatives à tous les niveaux. Une utopie défendue par quelques philanthropes ? L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  25. Humanaura17 | Pearltrees 2 années Il y a

    […] Le tableau des critiques. Chansons faciles. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  26. Inspirations | Pearltrees 2 années Il y a

    […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Veille Climat 5 cartes pour comprendre les enjeux géopolitiques. Kanye West. Titans Kanye West By Elon Musk Lorne Michaels By Jack Nicholson Mellody Hobson By Bill Bradley Tim Cook By John Lewis Elizabeth Holmes By Henry A. Charles Koch & David Koch By Rand Paul Susan Wojcicki By Brian Grazer Chanda Kochhar By Anshu Jain Tony Fernandes By Richard Branson Lee Daniels By Oprah Winfrey Reid Hoffman By Sean Parker Kim Kardashian West By Martha Stewart Janet Yellen By Anat Admati Danny Meyer By Tom Colicchio Lei Jun By Hannah Beech Bob Iger By Rupert Murdoch Satya Nadella By Aaron Levie Jorge Paulo Lemann By Carl Icahn Pioneers Misty Copeland By Nadia Comaneci Scott Kelly By John Glenn Emmanuelle Charpentier & Jennifer Doudna By Mary-Claire King Brian Chesky By Jonathan Ive Jimmy Lai By Common Emma Watson By Jill Abramson Vikram Patel By Barbara Van Dahlen Pardis Sabeti By J. […]

  27. […] Commençons par le commencement, tout d’abord, qu’est ce que l’intelligence collective ?Il s’agit de la capacité cognitive d’un groupe d’individus interagissant les uns avec les autres, formant par leurs interactions, une organisation plus ou moins complexe. La connaissance de la structure globale est ignorée par les membres du groupe qui n’ont qu’une perception partielle de la structure globale, ils n’ont pas conscience de la totalité des éléments qui influencent le groupe. D’un point de vue extérieur, la multitude d’interactions entre les différents membres du groupe formera ce qu’on appelle communément une synergie ou une stigmergie chez les espèces eusociales.Dans le règne animal, l’intelligence collective s’observe principalement chez les insectes sociaux (fourmis, termites, abeilles), et les animaux communautaires, notamment se déplaçant en formation (oiseaux migrateurs, bancs de poissons) ou chassant en meute (loups, hyènes, lionnes). C’est au sein des sociétés d’insectes que l’on rencontre les formes d’organisation les plus complexes et également les structures les plus élaborées.  […]

  28. * | Pearltrees 2 années Il y a

    […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez flou, d’aléatoire, ce terme offre une dimension presque divine à ce qu’on pourrait aussi appeler l’organisation autogestionnaire du vivant. Car il s’agit de cela ! Le vivant crée de manière spontanée une multitude de structures d’organisations autogérées et impressionnantes d’efficiences. Comme vous l’aurez donc compris, aujourd’hui nous allons plonger dans le domaine passionnant de l’intelligence collective. 1 – L’intelligence collective dans la nature. Commençons par le commencement, tout d’abord, qu’est ce que l’intelligence collective ? Il s’agit de la capacité cognitive d’un groupe d’individus interagissant les uns avec les autres, formant par leurs interactions, une organisation plus ou moins complexe. […]

  29. […] Trop faibles, elles ne rapportent quasiment rien, mais à l’inverse, trop élevées, elles montrent que personne ne croit en la victoire du partant. Elles n’incluent les pronostics des médias spécialisés, les palmarès respectifs des jockeys et des chevaux, les déclarations faites sur la forme des chevaux par les entraîneurs, etc. mais cependant, elle pourrait être considérée comme le fruit de l’intelligence collective.  […]

  30. Articles | Pearltrees 2 années Il y a

    […] question. Pas de frontière entre offline et online UN rapport différent aux outils numériques. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Quand on parle d’intelligence collective on a souvent l’impression de quelque chose d’assez […]

  31. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  32. Thème 2 | Pearltrees 2 années Il y a

    […] L'industriel affirme ainsi son engagement pour le développement durable. "Montrer que l'industrie française est toujours créative" Le fabricant de meubles a travaillé en collaboration avec l'atelier de métallurgie Creametal à Guéreins (Ain) pour les soudures et les câbles, et Eiffage, "les héritiers de Gustave Eiffel", pour les calculs nécessaires à la conception de la tour. Marine Protais. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  33. Thème 2 | Pearltrees 2 années Il y a

    […] que j’utilise pour poser le cadre lors d’une session de courte durée. Ecouter avec attention. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. Flask : Partagez un liste de tâches en quelques […]

  34. […] Anonymous. Désobéissance civile. Chansons. Discours. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. | Le 4ème singe. […]

  35. […] Internet. Ville. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  36. […] L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. […]

  37. […] Performance Coaching. La santé des salariés, clef de la performance économique. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  38. […] GRILLE DE SUIVI ETUDE. Synth se sur les nouvelles technologies de McDonald. Pistes de recherche pour etude. Fiche de travail. Questionsdegestion. GRILLE DE SYNTHÈSE DES DOCUMENTS ÉCRITS. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  39. […] “RT @LabLearn: L'intelligence collective en 6 points. Article +++ http://t.co/7CIYTTzrXM”;  […]

  40. […] Collective Revolution Invisible JFNoubel. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. L’émergence d’un nouveau paradigme de gestion – Frédéric Laloux – Le 4ème […]

  41. […] Informatique et numérique en tête Sans surprise, c’est le secteur de l’informatique et du numérique qui tient le haut du pavé : +45 566 créations de poste attendues d’ici quatre ans, dont près de la moitié dans le conseil informatique. Evolution des ressources humaines Perspectives dans le BTP. L’émergence d’un nouveau paradigme de gestion – Frédéric Laloux – Le 4ème singe. Joël de Rosnay : l'infobésité. Les 5 valeurs de Joël de Rosnay pour construire l'avenir. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  42. […] Ce constat a été le point de départ de ma réflexion. Je précise tout de suite que je ne suis en rien un spécialiste de ces questions. Je parle en citoyen qui essaye de réfléchir sur la chose collective. Le problème est au centre des interrogations qu’on peut nourrir sur le devenir des démocraties, en particulier en Europe. Il appelle l’attention de tous. Réfléchissant à la manière la plus utile d’éclairer cette question du modèle français d’intégration, je me suis persuadé qu’il fallait remonter plus avant pour en saisir les difficultés. Les difficultés nombreuses que nous rencontrons en matière d’immigration et d’intégration me semblent relever en dernier ressort d’un problème philosophique assez simple. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  43. […] Les causes ? Variées sûrement. Il n’empêche, pour la communauté scientifique, il ne fait guère de doute que ces perturbateurs endocriniens (PE) jouent un rôle essentiel. Et voilà que face à cette catastrophe annoncée, il ne se passe rien. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  44. Cecilelcselsc | Pearltrees 1 année Il y a

    […] Etude des rêves. Jung Théorie. Monique de Kermadec : L'adulte surdoué : bien vivre sa douance. Christophe André » Estime de soi et rapport à soi. Enaction. -DONALD WINNICOTT : Portrait d'un psychanalyste pédagogue. Adulte surdoué : autonomie ou sociabilité ? L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  45. Ethique | Pearltrees 9 mois Il y a

    […] degré. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. Intelligence collective. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'intelligence […]

  46. Ethique | Pearltrees 9 mois Il y a

    […] Numérique de Travail. Intelligence collective. Levy Caroline. Fracture numérique second degré. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  47. […] On découvre les jeux coopératifs. Aussi heureux qu'un Danois au travail. Comment hacker de manière bienveillante une culture d'entreprise. 34 objets inutilisés dans chaque foyer : Et si vos voisins en avaient besoin ? Dix expériences innovantes pour changer l’école. L’intelligence collective, cette étonnante capacité du vivant. – Le 4ème singe. […]

  48. […] L’intelligence collective est « la capacité humaine de coopérer sur le plan intellectuel pour créer, innover, […]

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

                             Le 4ème singe / Licence CC-BY-SA / 2012 - 2017

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account