Palestine – des Oliviers pour la Paix

« Peu importe combien d’Oliviers ils détruisent, nous en planterons davantage! »


Article de Megan Perry, publié le 18 juillet 2014 sur le site www.theecologist.org


En Terre Sainte, les oliviers sont un symbole de paix. On les surnomme les « arbres sacrés », ils sont un moyen de subsistance essentiel pour les fermiers Palestiniens, et environ 100 000 familles en dépendent.

Mais plus important encore, les oliviers représentent un lien tangible entre les Palestiniens, leurs ancêtres et leur terre.

Malheureusement, beaucoup de ces arbres sont violemment détruits, comme une punition collective pour tenter de forcer les Palestiniens à quitter leur terre. Malgré cette profanation, beaucoup de fermiers Palestiniens utilisent la culture comme une forme de résistance afin de se battre pour la paix.

Depuis 1967, l’armée israélienne et des colons illégaux ont détruit au moins 800 000 oliviers. Certains de ces arbres ont presque 1000 ans – ils sont irremplaçables.

20111031171220997621_20

Arrachés au sol par des machines monstrueuses

Les soldats ou les colons arrivent sans prévenir et écrasent les arbres à l’aide de bulldozers, ou les brûlent, parfois seulement à l’aide de produits chimiques. Anna Baltzer, une activiste juive-américaine, a été le témoin de cette destruction, et nous explique comment, une fois sur place, « les propriétaires étaient hystériques. Ils n’arrêtaient pas de crier « hamil ! », tandis que les vieux arbres étaient arrachés du sol par les monstrueuses machines. « Hamil » est un mot qui est notamment utilisé pour décrire les arbres lorsqu’ils ont des fruits : cela signifie « enceinte ». »

Elle dit qu’assister à cette scène la rend malade – elle explique que tous les oliviers ne peuvent être « hamil », car cela prend plus de 20 ans pour qu’ils portent des fruits. Des générations de Palestiniens ont patiemment entretenu et pris soin de ces arbres.

Comme Baltzer l’explique, la destruction de ces arbres est « la destruction à la fois de l’histoire et du futur du peuple palestinien ».

20111031171145715580_20

Une violence ciblée

De nombreuses attaques sur une grande variété d’arbres ont déjà eu lieu cette année. En mai, la ferme de la Tente des nations (Tent of Nnations farm) près de Bethléem a vu la destruction de 1500 arbres fruitiers par les soldats israéliens, qui passent le bulldozer sur le sol et enterrent les arbres sous des tonnes de terre pour être sûrs qu’ils ne puissent pas être replantés.

Slide161

Un article de la BBC de Daniel Adamson décrit comment « des branches ressortent à travers une butte de terre, le tronc dépouillé et mutilé, des amandes encore vertes s’accrochant toujours aux arbres ».

En avril 2014 le village de Ras Karkar, près de Ramallah, eut 100 oliviers déracinés par des colons. En Mars 2014, les colons détruisirent environ 200 arbres dans le village de Kafr Quaddum. En octobre dernier, 129 arbres furent détruits par des colons de Shavei Shomren. Et la liste s’agrandit régulièrement.

Le deuil engendré par cette perte montre bien les solides liens culturels et la signification historique de ces arbres – une importance presque spirituelle. Cela explique pourquoi la violence est souvent dirigée contre eux.

Mais ce ne sont pas les seuls à la connaître. Les fermes en général sont aussi sujettes aux attaques. Le 2 juillet 2014, les colons ont mis le feu à une ferme de moutons dans le village d’Aqraba, et plusieurs fermes avicoles de Gaza furent détruites durant le siège militaire de 2009.

Les fermiers sont aussi soumis à un accès à l’eau limité et inéquitable, les colons israéliens en ayant 4 fois plus que les Palestiniens locaux.

40% de la Cisjordanie désormais inaccessibles aux Palestiniens

Accéder à une terre qui a été découpée par le mur de séparation, des colonies illégales, ou bien des routes réservées aux israéliens, représentent aussi de gros obstacles : 40% de la Cisjordanie est désormais inaccessible aux Palestiniens, avec un million d’oliviers coincés dans la zone qui jouxte le mur, désormais laissés à l’abandon.

La terre commune, abritant autrefois une abondante vie sauvage et beaucoup de bétail, a été recouverte de bâtiments par les colons et l’armée. Le commerce est contrôlé par Israël, tous les produits passant par d’importants centres de contrôle pour être envoyés depuis les ports israéliens, tandis que le commerce au sein de la Palestine et entre les Israéliens et les Palestiniens est très limité, voire inexistant.

L’agriculture a toujours été un secteur majeur de l’économie palestinienne. L’huile d’olive y contribue à titre de 100 millions de $ par an, et les communautés les plus pauvres en sont dépendantes. Raisins, figues, amandes, tomates, dattes, et citrons sont aussi des cultures importantes et font partie de la riche tradition culinaire Palestinienne.

L’impact de l’occupation peut être dévastateur, avec la pauvreté et la malnutrition qui deviennent des sujets d’inquiétudes grandissantes, en partie à cause de la diminution d’accès aux terres agricoles.

Le village de Marda, par exemple, a perdu la quasi-totalité de ses terres agricoles, au détriment des colonies d’Ariel, qui polluent les terres restantes du village avec les rejets d’égouts non-traités.

Il y a au moins 75% de chômage à Marda à cause de cette perte de terres agricoles, et des restrictions d’accès. En 2004, les colons ont brûlé 60 arbres à Marda, et en 2005, 17 Oliviers furent rasés et découpés en morceaux par des soldats. Les propriétaires de ces arbres ne souhaitent même pas poursuivre Israël :

« Vous ne pouvez pas mettre de prix sur ces arbres. Ils sont notre passé et notre avenir. »

Nous refusons d’être ennemis !

 3108291558_18d5d7352f

Pourtant, beaucoup de paysans continuent de cultiver leurs terres, en dépit des difficultés, et considèrent l’agriculture comme une forme de résistance. « Nous refusons d’êtres ennemis », peut-on lire sur le panneau à l’entrée de la Ferme de la « Tente des Nations » près de Bethléem.

Bien qu’il ait perdu 1500 arbres fruitiers, Daher Nassar nous dit : « J’en planterai d’autres – deux fois plus ! », et sa sœur nous explique que « personne ne peut nous forcer à haïr ».

La tente des Nations est aussi un chantier pour la paix, où l’on trouve des commerces à la fois pour les Israéliens et pour les Palestiniens. Le gouvernement Israélien a tenté de leur prendre leur terre, mais les paysans résistent et sont en procès depuis 23 ans afin de la garder, et la défendent régulièrement contre les attaques des colons. Malgré tout cela, le frère de Nassar, Daoud nous raconte :

« Nous ne réagirons jamais par la violence à cette injustice, et nous n’abandonnerons ni ne partirons jamais ».

MARDA

La production de nourriture permet aux gens d’être indépendants physiquement et offre une liberté psychologique par rapport à l’occupation. Bien qu’étant un des villages les plus touchés, la Ferme Permaculturelle de Marda (Marda Permaculture Farm), dirigée par Murad Alkhufash, a été créée afin de « promouvoir la sécurité alimentaire, la santé, la résilience et l’autonomisation Palestinienne. »

Une source d’inspiration pour tous

Beaucoup de villageois ont été dégoûtés de l’Agriculture, mais Alkhufash nous raconte : « Je veux sensibiliser, et aussi inspirer ceux qui ont abandonné la terre afin qu’ils reviennent. »

La ferme propose des cours de design en permaculture et cherche à fournir aux palestiniens des moyens de subsistance durables et d’autonomie.

Alkhufash nous explique que bien que les couvre-feux imposés par Israël « puissent plonger le pays entier en autarcie, je m’en fiche car j’ai tout ce qu’il me faut autour de moi. C’est une forme de résistance contre l’occupation parce que je n’ai pas besoin d’acheter votre nourriture. Je n’ai besoin de rien de votre part ».

Les fermes comme celle-ci sont sources d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent aux productions alimentaires durables, leur imagination et leur détermination en face d’une telle adversité et avec des ressources si limitées est quelque chose qui devrait tous nous inspirer.

20130613_105155

Leur contribution à la paix dans cette région ne devrait pas être sous-estimée – bien que victimes de la violence, leur réponse non-violente est un exemple de courage pour les autres.

Produire de la nourriture et se reconnecter avec la Terre insuffle de l’espoir aux gens et leur redonne un but qui dépasse les problèmes qu’ils doivent endurer.

Note juridique : l’article 54 du Protocole de 1977 des Conventions de Genève de 1949, qui interdit « la famine des civils comme méthode de combat », stipule :

« Il est interdit d’attaquer, de détruire, de faire disparaitre ou de rendre inutilisable des objets indispensables à la survie des populations civiles, comme les articles d’alimentation, les cultures, les stocks de nourriture, les installations d’eau potable et les aménagements d’irrigation, dans le but spécifique de leur ôter leur valeur de subsistance pour les populations civiles ou pour le parti adverse, que ce soit afin de créer des famines, de les pousser à l’exode, ou n’importe quel autre motif. »

10 Commentaires
  1. GB 3 années Il y a

    Très bel article qui dit beaucoup.

  2. Comment 3 années Il y a

    Hello,
    Bcp de points intéressants ds cet article.

    Toutefois quelques interrogations nées de qques dissonances:
    tout d’abord détail mineur: ‘terre sainte’ me gêne bcp.. cette région fi monde à déjà été assez infestée des présences délires irrationnels et haines politiques ou religieux pour que des laïcs comme nous en rajoutent!!!

    Trop d’importance déjà donnée à ces luttes fratricides pour des ‘fiertés’bidons de la terre ou de l’eau…

    Second point plus ’embarrassant’…

    Le coté l’incision de l’article… sûrement vu du côté des plus simples arabes israéliens ou palestiniens.. que de grandes souffrances…

    mais peut-on réduire ainsi l’autre bord à (ce qui apparaît ici en creux… ) un ramassis de débiles agressifs aimant sadiquement a pourrir la vie de voisins craints (de part et d’autres) et enviés..?

    On imagine que plein de raisons et prétextes à ces arrachages.

    Qu’ont les autres à dire face à ces ‘accustaions’
    Certaines raison, peut-être, audibles d’autres pas??

    mais comme dans tout conflit il semble si important de connaître les motivations de toutes les parties impliquées…

    Et bien sur de partir de ce réel là pour bâtir ensemble des solutions concrètes et équitables.

  3. DePassage 3 années Il y a

    Pétition exigeant la dissolution de la LDJ (Ligue de Défense Juive) en France :

    http://dissolutiondelaldj.wesign.it/fr

    Faites circuler, merci !

    • ldj, groupuscule à ignorer.. 3 années Il y a

      La ldj…une bande microscopique d’excités.. a -t-on tant besoin de lui faire de la pub…??

      • DePassage 3 années Il y a

        Ce « groupuscule » qui, par leurs manigances, leurs provocations violentes, haineuses et racistes, arrive à faire interdire des manifestations de soutiens aux palestiniens et palestiniennes, qui par leurs menaces et harcèlements font interdire des conférences, des séances de visionnement de documentaires, etc. pour faire taire les critiques citoyennes françaises contre les politiques génocidaires de l’état d’israhell, ce « groupuscule » qui tabasse, agresse, menace, harcelle et intimide des parents (accompagnés de leurs enfants !!!) quittant les lieux de manifestations pacifiques dénonçant les atrocités commises par israhell, ce « groupuscule » considéré organisation terroriste aux états-unis et même interdit en israhell parce que trop violent (suivez mon regard…), et bien ce bras armé sioniste fascisant, fourbe, violent, haineux et raciste que vous appelez un « groupuscule » sévit depuis assez longtemps en France et ce, en toute impunité et encore pire, directement protégé par les CRS et l’État français lorsqu’ils commettent leurs méfaits !

        Il est plus que temps que ça cesse, demander la dissolution de ce « groupuscule », ce n’est pas leur faire de la publicité, c’est demandé que justice soit faite ! ASSEZ, C’EST ASSEZ !

      • DePassage 3 années Il y a

        Prison pour deux membres de la LDJ ayant tenté d’assassiner un juif antisioniste avec un attentat à la bombe :

        http://www.20minutes.fr/societe/1423137-prison-ferme-deux-sympathisants-ldj-etaient-pris-a-juif-antisioniste

        Dix mois pour tentative de meurtre et six pour complicité ? Seulement ? Sérieux ?

      • DePassage 3 années Il y a

        Pascal Boniface agressé par un sioniste extrémiste qui l’a menacé de « revenir avec ses copains de la LDJ » :

        http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/07/23/pascal-boniface-agresse-par-un-sioniste-extremiste/

  4. où mettre l'huile.. 3 années Il y a

    ok ok..
    mais tentons d’evaluer sereinement,
    sans ceder à la passion… le poids réel…
    deux petits indices?
    aussi pour toi .. ldj, tu dirais…

    – entre combien et combien de personnes actives?

    – et une ‘action’
    (plutot… eructations apeurée/flippée, imho, parfois judicieuse mais le plus souvent agressive et nauséeuse..)
    tu dirais…
    en moyenne toutes les combien de semaines?

Laisser une réponse

Nous contacter

Nous sommes à votre écoute !

En cours d’envoi

                             Le 4ème singe / Licence CC-BY-SA / 2012 - 2017

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account