Révolution Cheran : interview des membres du conseil majeur

Chers lecteurs,
Le 4ème singe a été intéressé par le reportage partagé par Agoravox, sur la révolution qu’à connue la ville de Cheran au Mexique le 15 avril 2011.
Nous nous sommes donc rendus sur place le 2 décembre 2013. Nous avons pu visiter la ville, interroger des habitants et notamment les membres du conseil majeur. Tout ceci dans le but de comprendre comment ils ont réussi à s’organiser eux-mêmes pour prendre des décisions collectivement.

Extrait de l’article d’Agoravox présentant le contexte :

 

« Depuis 2008, il est soumis au harcèlement des coupeurs de bois qui, protégés par des groupes armés du crime organisé, détruisent les bois de la région (80 % des forets alentour ont été dévastés en seulement 3 ans), enlèvent, torturent et assassinent les villageois, violent les femmes, mettent le feu à leurs ranchs, volent des outils et le bétail et, en général, ils humilient les gens.

 L’État mexicain a abandonnés les habitants : les maintes dénonciations que les gens de Cheran ont logées auprès des autorités de l’état et fédérales ont été laissées sans réponse, sans aucune action qui soit pour les protéger. Quant aux autorités municipales, cela a été pire encore  : la police locale a agi en complicité avec les malfaiteurs et elle a aussi tué des gens.

 Un jour les bûcherons braconniers sont entrés à la source de la « Cofradia » qui pourvoit la communauté en eau. Grave erreur … trop c’est trop. Les habitants de Cheran en ont assez de baisser la tête. Le 15 avril 2011, les cloches de l’église du village ont sonné pour appeler les habitants à mettre fin au saccage. Les femmes de Cheran les premières se sont mobilisées pour arrêter les activités des délinquants en diffusant des tracts, et ensuite soutenues par leurs hommes, elles sont arrivées à les expulser du village, incluant la police et le maire corrompus. »

 

Qu’est ce que le conseil majeur?
« Le conseil majeur rassemble 12 personnes élus depuis le 5 février 2012. Ils se réunissent chaque jour.
Il permet de coordonner 5 conseils:
Le conseil communal qui s’occupe de la pépinière et du travail de la forêt.
Le conseil local qui joue le rôle de président de la ville.
Le conseil civil est en charge de l’éducation, de la culture et du sport.
Le conseil du programme social est en charge de répartir les subventions.
Le conseil de procuration honneur et justice est en charge de la sécurité. »

 

Comment ont été choisis les membres du conseil majeur?

« Les membres du conseil majeur ont été choisis dans les 4 quartiers de la ville.
Juste après la révolte, il y a eu des feux autour desquels les gens se rassemblaient. Au début on pensait que cela allait durer 15 jours comme cela était prévu, ça a duré des mois.
Nous discutions de comment nous organiser pour prendre ensemble des décisions. Comment continuer à défendre ce qu’on avait défendu jusqu’à maintenant.
On a commencé à choisir entre 4 et 5 personnes autour de chaque feu. Celles-ci n’étaient pas forcément volontaires.
Dans chaque quartier les personnes se mettaient devant chaque candidat qu’elle souhaitait élire. Il n’y avait plus qu’à compter.
Trois candidats par quartier étaient élus pour faire partie des membres du conseil majeur.
Il n’y avait pas de bulletin de vote pour plus de transparence. »

 

Mexico-127

 

Comment le conseil majeur prends-il ces décisions?
« Nous ne prenons pas de décisions. Les quartiers nous disent ce dont ils ont besoin. On en discute en conseil majeur et ensuite les quartiers prennent eux-mêmes les décisions.
Nous regardons quels problèmes cela pose et ensuite les quartiers trouvent des solutions. Chaque quartier se réuni une fois par semaine. Ils discutent de ce qu’ils veulent faire.
De plus, en tant que conseil majeur, nous sommes en charge de chaque conseil. S’ils ont un problème on les aide, on donne notre avis, on travail directement avec eux.
Le but est que tout se fasse de façon transparente et d’unifier tous les conseils. On a la charge de voir s’ils jouent leur rôle comme nous le demande le peuple qui nous a élu. »

 

Tous le monde peut-il participer à ces réunions de quartier?
« Tous ceux qui ont envie peuvent participer. On avertit les gens de la ville à l’aide de la radio locale. Les trois représentants du quartier sont sur place. »

 

Comment le gouvernement de Michuacan (l’Etat mexicain dans lequel se trouve Cheran) a-t-il accepté votre façon de gouverner la ville?
 
« Le processus a été long et difficile. Au début, le gouvernement de Micahuacan n’acceptait pas notre proposition. Nous avons été aidé par des avocats en montrant  qu’il s’agissait non pas d’un combat contre le gouvernement mais simplement de respecter le droit des agriculteurs. Il s’agissait de retrouver le fonctionnement de nos arrière grand parents. Nous avons eu aussi un soutien venu de l’extérieur de la ville. »

 

 
Est ce que le gouvernement de Michuacan vous aide financièrement?
« Oui, il nous donne le budget qui correspond à notre ville mais cela n’est pas suffisant. Nous demandons aussi des aides auprès d’autres organisations nationales comme sodesol (secrétariat du développement sociale du Mexique). »

 

La délinquance, en dehors du problème de la coupe des arbres, tels que les vols etc, a-t-elle diminué?
« Oui car les gens participent à la ronde communautaire et sont donc impliqués. De plus nous contrôlons nous-même les trois entrées de la ville. »

 

Pour ce qui est de la garde communautaire, combien y-a-t il de gardiens par jour, comment sont ils rémunérés?
 
« Il y a entre 85 et 90 personnes qui font parti de la garde communautaire. Un groupe s’occupe des forêts, un groupe s’occupe de la population de la ville et un autre des entrées. Il y a un roulement, les deux tiers se reposent quand l’autre tiers travaille.
La rémunération vient de l’état de Michuacan. Mais ce n’est pas suffisant.
Nous sommes en tout 270 personnes à travailler pour la ville. »

 

Quelle est la vision de la population entre avant et maintenant?
 
« Les gens sont contents car avant il ne fallait pas traîner dehors le soir. A 9 heures, il n’y avait plus personne dans la rue. Maintenant les gens sont plus tranquilles. Le fait qu’il y ait des gens de l’extérieur de la ville et du monde entier qui viennent nous soutenir, nous aide à conserver cela. Aujourd’hui, si on nous poussait à faire marche arrière tout le monde serait au courant et nous soutiendrait. »

 

Quels projets avez-vous déjà réalisés qui ont changé le village?
 
« Mettre en place un système de tri pour les bouteilles plastiques car il y avait de plus en plus de bouteilles dans les rues. De plus, nous avons mis en place une pépinière pour replanter les arbres dans la forêt. C’est notre priorité car si nous replantons il y aura des animaux, des plantes et de l’eau.
Dans le futur on a le projet de ne pas utiliser de produits industriels pour nos champs. On veut utiliser des engrais naturels. »

 

Il y a 8 ou 9 villes qui ont fait pareil que vous dans l’état de Michuacan. Quelle a été votre influence dans ces changements?
 
« Nous ne les avons pas invités à faire ce qu’ils ont fait. Ils ont vu ce qu’il se passait ici et ils ont agit. Nous ne nous permettons pas d’influencer ou de proposer un type de gouvernement. Nous respectons les formes de gouvernement qu’ils veulent mettre en place. »

 

Comment passer le message aux enfants pour que votre façon de fonctionner puisse durer dans le temps?
« Ici les enfants peuvent voir de façon très pratique ce que l’on fait. Nous nous attachons à ce qu’ils aient une éducation un peu différente sans pour autant sortir du programme du gouvernement. On aimerait donc introduire en plus de l’apprentissage, l’explication de notre mode de fonctionnement. On aimerait bien aussi ajouter notre langue maternelle: le Pure Pecha et les traditions car elles sont en train de se perdre. Nous avons un groupe de travail sur l’éducation qui se charge du sujet. »

Mexico-130

Pour finir
 
« Nous ne sommes pas ici en tant que politiciens, Nous sommes ici parce que personne ne voulait gérer les gros problèmes à la suite du conflit. Il y a sûrement des gens meilleurs en politique que nous dans la ville mais nous avons été choisis. Nous venons de commencer ce type de gouvernement et nous voulons que les gens sachent comment sont distribuées les subventions. A l’avenir, si des gens s’y connaissent en politique, ils pourront faire mieux que nous. Nous, nous essayons. Nous avons des architectes, des professeurs mais il nous manque des gens qui connaissent le sujet dans quelques conseils. Nous sommes à la tête, nous savons que nous faisons des erreurs car c’est la première fois qu’on le fait mais notre intention est de le faire de façon transparente. On remercie les gens qui s’intéressent à nous car ce sont eux qui nous valorisent et nous donnent la motivation pour continuer. »
Paulo

 

5 Commentaires
  1. avionnette 4 années Il y a

    Bonjour,
    vous voulez dire que vous vous êtes rendu sur place au mexique? en avion ?

    • Stéphane 4 années Il y a

      Oui, biensûr. Un des membres est parti au Mexique, il en a profité pour aller au village de Cheran pour y rencontrer ces habitants et le conseil majeur.

  2. avionnette 4 années Il y a

    Vive l’écologie alors

  3. Biostormy liner 4 années Il y a

    Comme quoi c’est possible…Je partage sur FB…

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

                             Le 4ème singe / Licence CC-BY-SA / 2012 - 2017

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account