Un Autre Monde Est Possible: Episode #1– La Ferme de Sourrou

La ferme de Sourrou, en Dordogne, c’est un lieu hors du commun, hors du temps, où nous avons eu la chance de nous rendre ce week-end ; c’est une propriété de 38 hectares où vivent Irène et Fabrice depuis bientôt 15 ans, dans une maison qu’ils ont construit eux-mêmes. La construction a commencé en 1997 et s’est achevée en 1999, pour les parties principales ; en effet ils prévoient de l’agrandir au fur et à mesure, et sont donc encore en travaux actuellement.

Leur maison, bioclimatique, a été orientée de façon à capter efficacement le rayonnement solaire tout au long de l’année et elle est autonome en énergie grâce à deux éoliennes (bientôt à une troisième), et un panneau solaire, ce qui leur permet de ne pas être reliés au réseau électrique d’EDF.

Voici une photo explicative tirée du blog d’Irene (qui est active sur internet!) :

5806296128_51794e6fb1_o

Au début, considérés comme des marginaux un peu fous, de par la nature de leur démarche, les mentalités des gens autour d’eux évoluèrent au fur et à mesure de l’accomplissement de leur projet. Lors de la tempête de 1999 par exemple, leur maison était la seule du village avec du courant; ce qui explique que plusieurs voisins vinrent chez eux recharger téléphones portables, ordinateurs, etc.

Tout autour de la maison, sur une surface d’environ 1 hectare, on retrouve le jardin d’Irène, qu’elle cultive en respectant les principes de la permaculture, principes qui sont aussi à l’origine de leur demeure bioclimatique. Il y pousse des centaines d’espèces de plantes différentes, de la Stevia aux Potirons, en passant par les baies de Goji. La vie y est omniprésente, dans le sol comme à sa surface, les insectes pullulent. A proximité de la maison, se trouve aussi l’enclos des chèvres (angora), ainsi qu’un poulailler. En vous promenant dans le jardin vous risquez aussi de croiser quelques dindons, dindes, canards, oies, et j’en oublie surement…

Pictured1

Quelques photos de récoltes (prises par Irene):

Picture1

Le reste de la propriété se compose d’un grand enclos de pâturage pour leurs moutons, d’un parc cynégétique (avec quelques sangliers) – où les chasseurs peuvent venir entraîner leurs chiens à la chasse du gibier – et d’une plantation de céréales, principalement du maïs.

Irène et Fabrice payent le minimum requis d’impôts et de taxes et tirent un petit revenu de la vente de produits manufacturés en laine, de leurs chèvres; ce qu’ils gagnent sert tout juste à payer les impôts et les taxes auxquels ils sont soumis, comme n’importe quel autre citoyen.

Ils pourraient largement augmenter leurs revenus, en vendant des fruits ou légumes de leur jardin, en proposant des stages (payants!) en permaculture comme le font bien d’autres, mais ils ne le font pas, par choix. Ils considèrent ne manquer de rien, et ne désirent pas travailler plus pour gagner plus.

Leur empreinte écologique — tout à fait remarquable comparée à celle du citoyen moyen, leur mode de vie — bien loin de la société de consommation qui règne dans la plupart des grandes métropoles — font d’Irene et Fabrice des « résistants » de notre temps.

Aux manifestations incessantes et trop souvent infertiles, on pourrait opposer l’action directe, la création.

Il y a ceux qui demandent à l’Etat, au gouvernement, au système, de changer, et il y a des gens qui, comme Irene et Fabrice, changent de façon de vivre, appliquant à la lettre la citation de Gandhi:

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

Dans le cas de Fabrice, il est intéressant de préciser qu’au niveau des pratiques agricoles, il n’y a pas eu de changement radical, en effet les principes agricoles de la permaculture sont souvent une redécouverte de savoirs et de connaissances anciennes, qui ont parfois perduré dans les campagnes françaises…

Nous avons réalisé un court entretien avec Irene et Fabrice que vous pouvez retrouver ci-dessous:

Vous pouvez retrouver tout un tas de photos très intéressantes sur divers sujets (construire sa maison, conserver des aliments, etc.) sur le flickr d’Irene, direction: https://www.flickr.com/photos/hardworkinghippy/sets/

 

9 Commentaires
  1. magnussoren 3 années Il y a

    excellent!

  2. Martin 3 années Il y a

    c’est aussi mon rêve; je cherche un endroit comme celui là pour apprendre à vivre. je suis sans domicile et sans argent mais j’ai ce rêve. donnez moi la chance de participer au monde paysan.
    invitez moi et je vous offre mes 2 mains, mon enthousiasme et mes sourires.

    • haddad nadja 3 années Il y a

      Martin,
      on participe au woofing (avec beaucoup de difficultés : ferme éloignée , petite culture ) donc peu d’intérêt pour de jeunes agriculteurs étrangers
      par contre nous sommes toujours interessés par ce type d’échanges
      on produit : lavande / miel et 1 peu de vigne
      parles nous de toi, de ton expérience, de tes capacités… apprenons à nous connaître et à nous faire confiance sans échange d’argent entre nous
      mais contre chambre et nourriture et … ambiance familiale
      je te donne mon adresse mail : nhaddad26@gmail.com
      à nous lire
      Nad

  3. david 3 années Il y a

    super
    pense tu faire une visite cher eva c’est un projet similaire a plus grande échelle

  4. Nanachat 3 années Il y a

    Bonjour j’ai un 18 ans je cherche a contacter la ferme du Sourrrou

  5. Jaafari 3 années Il y a

    Bonjour
    Article très intéressant, j’aimerais vraiment les contacter. Quelqu’un aurait leur adresse mail ou autre. Merci
    Envoyer moi un mail svp : julien.jaafari@gmail.com

  6. […] Lire l’article et voir la vidéo […]

  7. MAiA 3 années Il y a

    Vraiment bravo ! la terre a besoin de gens comme vous ! merci

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

                             Le 4ème singe / Licence CC-BY-SA / 2012 - 2017

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account