Le cycle du phosphore expliqué par Hervé Coves

Avez-vous déjà entendu parler de la crise du phosphore ? Vers 2030 – 2040, nous aurons consommé la moitié des ressources planétaires en phosphore pour les besoins en engrais de l’agriculture productiviste (et non intensive). Le phosphore est un élément indispensable à la bonne santé des végétaux. Il est aujourd’hui considéré comme une ressource « non-renouvelable » dont les réserves commencent à diminuer dangereusement. Cette ressource qui émane du vivant deviendra certainement plus indispensable que le pétrole. Sa fin, déjà prédictible, pose la question de la pérennité du modèle agricole actuelle. Pourra-t-on continuer longtemps à nier le fonctionnement du vivant et à oublier que nous vivons sur une planète aux ressources limitées ?

Cette problématique pourrait mettre en péril l’avenir de l’humanité. Saurons-nous profiter de l’occasion pour mettre en place des alternatives efficientes et durables ? En effet, le cycle du phosphore est un processus naturel peu connu du grand public. De la compréhension des mécanismes du vivant , permettant au cycle du phosphore de fonctionner quasiment en circuit fermé, découleront peut-être des méthodes agricoles pérennes, efficientes et plus respectueuses des mécanismes biologiques.

Hervé-Coves-Pourquoi-assassiner-des-limacesDans cette optique, Hervé Coves, ingénieur agronome, nous explique ce cycle dans toute sa complexité et sa beauté. Cette interview, riche en informations, met en exergue la complexité du vivant mais aussi notre ignorance des mécanismes naturels qui organisent la néguentropie du vivant.

Mais surtout, n’oublions pas que… la vie est belle

 

 

Informations de cette vidéo:

  • Dans un sol, le phosphore est peu assimilable par les plantes.
  • Les champignons, en dégradant les ossements des animaux, assimilent le phosphore contenu dans les os dans animaux morts. Ils transmettent ce phosphore à d’autre champignons dit « mycorhiziens » qui le retransmettent à leur tour aux arbres. Les arbres retransmettent le phosphore à d’autres champignons  par le biais des mycorhizes et ainsi de suite. Après quelques jours, le phosphore est présent dans un périmètre de 1000m2 et les ossements du cadavre ne possèdent plus de phosphore.
  • Le cycle du phosphore est « fermé » dans le vivant.
  • Le phosphore introduit artificiellement dans les champs détruit le processus de mycorhization entre les champignons et les arbres. Ceci rend dépendantes les plantes de ce type de culture aux engrais.
  • Le pic du phosphore est prévu pour 2040 (moitié des réserves épuisées).
  • Une partie du phosphore fossilisé peut être rendu assimilable par certains champignons qui s’associent aux liliacée (alliacées). Remettre ce type de plantes accompagnées d’une couverture du sol pour nourrir les champignons permet de réutiliser le phosphore fossilisé dans le sol.
  • La présence de phosphore est un facteur limitant pour la vie dans beaucoup de systèmes. Il est très peu présent dans les roches (à part les phosphatières). C’est un élément très lié à la vie (pas au minéral). Chaque barreau d’ADN contient deux atomes de phosphore.
  • Il doit être disponible et assimilable par les plantes. Dans un sol calcaire, le phosphore se fixe au calcium et devient insoluble  et donc inassimilable en se fossilisant.
  • Dans les sols acides, le phosphore fait la même chose avec le fer et forme des dépôts noirâtres.
  • Les champignons mycorhiziens ont un rôle crucial pour la répartition du phosphore dans le sol, en réseau.
  • Pour avoir du phosphore, il faut avoir des champignons, il faut donc nourrir les champignons. La meilleure façon à long terme d’en apporter au sol est d’y apporter de la lignine : en utilisant des techniques liées à l’agro-foresterie ou du BRF (bois raméal fragmenté) pour réimplanter des champignons dans une parcelle.
  • Quand on épand du phosphate, on détruit la symbiose entre les arbres et champignons (qui échangent du sucre contre du phosphore). L’épandage de phosphates crée une dépendance par rapport au phosphore : il n’y a plus de champignons dans le sol, le phosphore n’a donc pas de moyen de transport.

Sources :

Informations de la vidéo

4 Commentaires
  1. […] No comments […]

  2. […] Youtube. Démultipliez vos récoltes grâce aux guildes de permaculture ! : PermacultureDesign. Pourquoi des guildes de permaculture ? Nous sommes maintenant tous au courant, la monoculture nuit à la biodiversité et produit de graves problèmes écologiques et sociaux par incidence. Le cycle du phosphore expliqué par Hervé Coves – Le 4ème singe. […]

  3. […] 4: Comment écouter la radio avec une bougie / How listen to the radio with a candle. Le cycle du phosphore expliqué par Hervé Coves – Le 4ème singe. Conseils de jardinage : nos fiches pratiques classées par type de […]

Laisser une réponse

Nous contacter

Envoyez nous un e-mail ici, pour toute prise de contact, suggestions, ou autre. Singement vôtre !

En cours d’envoi

Licence creative commons (CC-BY-SA)                                                                                                                                                          2012-2017 Le 4eme singe 

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account