Lettre du Dr. David Suzuki – « À tous ceux que cela concerne »

Tamo Campos est un jeune canadien de 23 ans, réalisateur de documentaires. Il est le petit-fils du Dr. David Suzuki, un généticien et journaliste de renommée internationale, cofondateur, avec Tara Cullis, de la Fondation David Suzuki. David Suzuki a acquis une réputation internationale en tant qu’animateur de la populaire série « The Nature of Things » (La Nature Des Choses), présentée sur le réseau anglais de la Société Radio-Canada. Entre 1969 et 2001, il a fait partie du corps enseignant de l’Université de la Colombie-Britannique et y est maintenant professeur honoraire.

David Suzuki a reçu plusieurs récompenses pour son travail, notamment le Prix scientifique UNESCO et une médaille du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), et a été reçu Compagnon de l’Ordre du Canada. Il est titulaire de 22 doctorats honorifiques qui lui ont été décernés par des universités canadiennes, américaines et australiennes.

David Suzuki a également eu l’honneur de recevoir six noms autochtones et d’avoir été officiellement adopté par deux tribus en raison du soutien indéfectible qu’il a accordé aux Premières Nations canadiennes. Il a reçu le Prix Nobel alternatif en 2009.

Une des filles du Dr. David Suzuki, Severn Cullis-Suzuki, est elle-aussi devenue célèbre après son intervention au sommet de la Terre à Rio en 1992, alors qu’elle n’avait que 12 ans:

Tamo Campos, petit-fils du Dr Suzuki, est le co-fondateur de Beyond Boarding, une organisation qui promeut l’écologie et les droits de l’homme, à travers le snowboard.

Il a été arrêté le 22 novembre lors d’une manifestation contre un projet de pipeline de la compagnie Kinder Morgan, au sein de la zone de conservation de la « Barnaby Mountain » au Canada.

Son grand-père, le Dr. David Suzuki, a alors écrit une lettre ouverte pour prendre sa défense, nous vous en proposons la traduction:

12279736882009934397twoton_Dividing_Line_3.svg.hi

« Une Lettre de mon grand-père »

A tous ceux que cela concerne

Texte traduit par Lona Harmaan

Tamo Campos est mon petit-fils et je suis très fier de lui. Il fait ce que j’aurais moi-même fait si ce n’était pas un risque pour mon poste de présentateur de « The Nature of Things » (La nature des choses) sur CBS.

Le monde est en conflit contre les éléments qui nous maintiennent en vie et en bonne santé – l’air, l’eau, la terre et la diversité des espèces. Les multinationales, particulièrement celles dont le siège est à l’étranger, dans un autre coin du monde, n’ont que faire des écosystèmes ou des communautés locales, tant qu’ils n’interfèrent pas avec la maximisation du profit des actionnaires. Elles ne sont absolument pas obligées de protéger les écosystèmes ou les communautés locales. Leur unique but est d’engranger autant de profit que possible.

Dans le monde entier, des citoyens et des communautés se soulèvent pour protéger leur patrimoine écologique, social et économique contre ces entités envahissantes qui se comportent comme des bandits, qui intimident à l’aide de procès de « Poursuite Stratégique Contre la Mobilisation Publique » et d’autres outils légaux ; n’importe quoi pour continuer sur leur voie destructrice tout en occultant les problèmes importants comme le changement climatique et les risques de déversements [de pétrole] mis en avant par les manifestants.

Si j’explique tout ça c’est pour remettre les actions de Tamo et d’autres dans leur contexte. Tamo se bat pour le monde que nous allons laisser à sa génération. Je crois que ce que Kinder Morgan et d’autres entreprises du même acabit sont en train de faire, c’est commettre un crime intergénérationnel, mais aucun précédent juridique n’existe à ce sujet, impossible donc de les poursuivre en justice sur cette accusation.

Avant que les entreprises ne deviennent aussi puissantes, chaque génération œuvrait pour un avenir meilleur à laisser à leurs enfants. Ce n’est pas l’objectif de ces multinationales. Je vous en supplie, considérez le fait qu’il y ait peu de voix légales pour protester contre ce que je considère être les activités criminelles des compagnies comme Kinder Morgan, par conséquent les citoyens n’ont d’autre choix que la désobéissance civile. Sommes-nous si aveuglés par le pouvoir et l’influence des multinationales, que leurs visions à court terme nous semblent plus importantes que leurs conséquences potentiellement catastrophiques en termes écologiques et sociales?

Mon petit-fils joue un rôle important dans la lutte pour la protection des droits humains, de la justice sociale et de l’environnement, il n’est pas un criminel. Il a fait cela sans même essayer de profiter de ma renommée. Il est un exemple pour tous les jeunes d’aujourd’hui, il les pousse à s’impliquer, à se battre pour leur avenir. J’espère que la cour sera consciente de cela.

David Suzuki, professeur émérite, UBC

1 Commentaire
  1. Rita laman 3 années Il y a

    Merveilleuse cette fillette plus de sagesse et courage que tous les adultes égoïstes voyants leurs intérêts personnels! Comment pouvons nous laisser faire de tels actes criminels ?
    J’ai honte d’être humain. En détruisant la nature nous détruisons tout le vivant et nous mêmes!
    Les peuples du monde entier doivent stopper les multiples multinationales et leurs conséquences!
    Tous unis nous pouvons devenir forts , pour cela il faudrait une bonne entente entre nations et refuser de consommaer leurs produits !
    Une auto gestion s’ impose , des villes et villages autonomes en électricité, chauffage, transport, il y a d’autres possibilités d’évolution mais cela reste une énigme car pas rentable pour les prédateurs financiers et divers lobbies.
    Une révolution pacifique doit se mettre en place pour ne plus dépendre de groupes obscurs criminels.

Laisser une réponse

Nous contacter

Nous sommes à votre écoute !

En cours d’envoi

                             Le 4ème singe / Licence CC-BY-SA / 2012 - 2017

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account